Peut-on mourir de peur ?

angoisse-mourir-de-peurEn fonction de tout ce que nous venons de dire, vous pouvez sans doute deviner la réponse : c’est oui. Un stress intense peut faire blanchir vos cheveux en quelques jours ; il peut aussi vous tuer sans que vous ayez la moindre blessure.

Il n’est même pas nécessaire que vous soyez véritablement en danger : il suffit que vous en soyez persuadé. Considérons une bonne farce qui se pratique dans de nombreuses armées — en temps de guerre, généralement — et qui consiste à attacher un condamné au poteau d’exécution puis à le fusiller avec des balles à blanc. Un nombre non négligeable de ces pseudo-fusillés, des garçons pourtant jeunes et vigoureux mais dont le sens de l’humour doit malheureusement être insuffisant, succombent bel et bien à la pétarade ! Dans un autre ordre d’idées, peut-être avez-vous lu dans votre quotidien ce fait divers : l’employé d’un entrepôt frigorifique pénètre dans une chambre froide dont la porte se referme malencontreusement. Or, rien n’est prévu pour ouvrir cete porte de l’intérieur… L’employé crie, frappe, appelle au secours, mais les murs épais et bien isolés étouffent tous les bruits. Il se sent perdu. Combien de temps pourra-t-il tenir dans cette chambre froide alors qu’il n’a qu’une blouse légère pour toute protection ? Une demi-heure ? Une heure ? Deux peut-être. Il sanglote, puis finit par se laisser glisser à terre dans un coin, face à la porte. C’est dans cette position que ses compagnons le trouveront le lendemain matin, mort.

Mais de quoi cet homme est-il mort ? L’affaire semble entendue : il est mort de froid. Eh bien ! non, il n’est pas possible que cet homme soit mort de froid, et ce pour une raison bien simple : la chambre froide n’était pas en état de fonctionnement. La fraîcheur résiduelle qui y régnait était tout au plus capable d’occasionner un gros rhume !

Ce triste sort ressemble d’ailleurs tout à fait à celui des envoûtés. Bien des sorciers africains se vantent de pouvoir tuer à distance par envoûtement et, dans certains cas précis, la véracité de leurs dires a pu être vérifiée : en règle générale, la victime succombe en quelques jours à un état de terreur. L’un des points essentiels pour que l’envoûtement réussisse semble résider dans le fait qu’il est nécessaire que la victime soit dûment prévenue : si cette dernière n’est pas informée de l’envoûtement, elle n’en subit aucun préjudice.

La peur peut donc tuer alors qu’aucune menace véritable, concrète, palpable ne pèse sur nous. N’est-ce pas étrange ? Et si le véritable danger venait non pas de l’extérieur, mais plutôt de l’intérieur, tapi quelque part tout au fond de notre boîte crânienne ?

oui-je-veux-guérir-de-mes-crises-d-angoisse